Menu

Sa vie

  • 1822

    Paul-Joseph Carpay naît à Liège le 26 novembre 1822 à l’Hospice du Crucifix. Le contenu de son acte de naissance est reproduit ci-après.

    "Ce 26 du présent mois vers les 6 heures du matin, une nommée Françoise Carpay, âgée de 30 ans, journalière, domiciliée en cette ville rue Faubourg Saint-Léonard, n°622 quartier du Nord, ci accouchée rue du Crucifix … du dit hospice d’un enfant du sexe masculin qu’il faut présenter et auquel il donne les nom et prénom Paul-Joseph Carpay"

    L’identité de son père est inconnue. Il porte donc le nom de sa mère, Françoise Carpay. Son grand-père, Léonard Joseph Carpay (1759-1834) est peintre décorateur.

    Paul-Joseph est le second enfant de Françoise. Il a une soeur aînée, Marie-Josèphe-Julie née en 1819, et un frère cadet, Abdomer-Auguste-Renson né en 1826.

  • 1822 - 1842

    On sait peu de choses de la jeunesse de Paul-Joseph. Voici ce qu'écrit Maurice Kunel (1883 - 1971), professeur à l’Ecole normale d’instituteurs de la ville de Liège, critique artistique et musical, et admirateur tardif du travail et de l’œuvre du peintre.

    « La jeunesse de Carpay fut celle d’un enfant abandonné. La mère trimant ça et là comme femme de peine dut laisser son fils à d’autres mains. Dès qu’il fut en âge d’école, il battit les rues et devient ce que nous appelons « un gamin », un de ces gavroches wallons poussés dans la terre grasse de la plèbe, et qui incarne à nos yeux le type même du Liégeois gouailleur et facétieux. Est-ce en dessinant à la craie de moqueuses images sur les murs, ou en mâchurant de crayon ses cahiers de classe que ce titi belge rêva d’Académie ? Il fut un élève ni ponctuel, ni régulier et aima garder une indépendance et un franc parler dont il ne se départit jamais. »

  • 1841

    Paul-Joseph Carpay épouse à 19 ans une jeune allemande originaire d'Aix-la-Chapelle d’un an son aînée, une certaine Johanna-Maria Gieren.
    Le couple aura trois enfants. Emma naît en 1842. Elle est suivie par Mina en 1845 et Emile en 1847

  • 1842

    Carpay entre à l’Académie des Beaux-Arts de Liège en 1842, qui était à l’époque dirigée par Barthélémy Vieillevoye.
    Il a donc 20 ans, ce qui est assez vieux déjà. Mais il semble que Carpay était déjà actif professionnellement et qu’il combinait alors ses cours avec des travaux de peinture dans divers édifices (théâtre du Gymnase et Théâtre Royal).
    Il reçoit en 1846 le premier prix de l’Académie dans la classe de peinture.

  • 1846 - 1848

    Après ses études à l'Académie, Paul-Joseph Carpay effectue un voyage en Italie pour se perfectionner. Direction Rome. Il n'intègre cependant pas la Fondation Darchis, célèbre institution à l’époque qui octroie des bourses et un logement dans la ville à des liégeois prometteurs. Il apparaît donc que Carpay aurait financé lui-même son voyage grâce à ses premiers gains obtenus en même temps que ses études à l’Académie. Il est de retour à Liège en 1848.

  • 1847 - 1850

    Le jeune Paul-Joseph Carpay expose ses oeuvres dans les différents Salons du pays :
    - Liège en 1847 avec "un Ange de plus",
    - Bruxelles en 1848 avec "Chaque chose en son temps" et "Le Christ tenté par Satan" et,
    - Liège à nouveau en 1850 avec "Paysannes des environs de Rome" et "Repos du frère prêcheur"

  • 18 ??

    Les affaires fonctionnant plutôt bien pour Carpay, il décide de faire construire une habitation rue Méan en Outremeuse. Il fait pour cela appel à l’architecte Godefroid Umé qu'il a côtoyé à l’Académie. A noter que la rue existe toujours mais que la maison a été détruite.
    Le propriétaire y exercera son talent puisqu'il y réalise des peintures intérieures dont une pour le plafond de la salle à manger qui sera léguée à la ville de Liège lors de la vente de la maison en 1893. Elle se trouve actuellement au Conservatoire Royal de Liège.

  • A partir de 1855

    La carrière de Paul-Joseph Carpay va progressivement décoller si bien qu'il se retrouve un peu partout à Liège tant dans les édifices religieux que civils ou privés. Il mettra également son talent au service de commanditaires provenant de Spa, Verviers, Bruxelles, Anvers, Maastricht...

  • 1892

    Carpay s’éteint le 27 janvier 1892. Sa sépulture, qui est une collaboration de l’architecte Monseur et du sculpteur Léon Mignon, se trouve au cimetière de Robermont à Liège.